Les conservateurs détaillent leur projet de 3e lien : un pont à l'est

Après avoir consulté les membres et les candidats de la région de Québec, ainsi que les instances du PCQ dans l’élaboration de la plateforme électorale, le consensus a été clair : un gouvernement du Parti conservateur s’engage à réaliser un 3e lien à l’est passant sur l’Île d’Orléans, tout en réduisant au minimum l’impact sur l’île et en maximisant les bénéfices pour tous les gens de la grande région de Québec. Pour le chef conservateur, le projet proposé par le PCQ est un projet réaliste, contrairement à celui proposé par la CAQ, qui a d’ailleurs renié ses engagements :

« Le 3e lien de la CAQ est un mirage. Ce devait être un pont à l’est, mais maintenant c’est un tunnel d’un prix astronomique et il n'est toujours pas entamé, comme le député sortant de La Peltrie s'était engagé à le faire. On se rappelle tous qu’il avait même mis son siège en jeu. On attend tous encore cette fameuse première pelletée de terre. Il a trahi sa promesse! La CAQ fait miroiter quelque chose de beaucoup trop beau pour être vrai, et comme ils ont renié leur parole dans le cas du pont après avoir été élus, ils vont renier leur parole dans le cas du tunnel », a déclaré Éric Duhaime.

« En tous cas, Monsieur Caire n’a pas respecté la sienne. Il reste encore du temps à François Legault pour trouver un autre candidat dans La Peltrie. S’il a le moindre respect pour les électeurs et sa parole, Monsieur Caire doit démissionner », ajoute-t-il.

Le projet de tunnel de la CAQ : trop coûteux, irresponsable et irréaliste

Le projet de tunnel de la CAQ est non seulement beaucoup trop coûteux (environ 6.5 G$), il ne repose pas sur des études publiques. C’est donc un projet non seulement irréaliste, mais irresponsable. :

« Au Parti conservateur du Québec, nous croyons que l’argent des contribuables peut être mieux utilisé et savez-vous quoi? La CAQ aussi! Ils le savent très bien que leur projet n’est pas réaliste et qu’il coûte beaucoup trop cher. Ils vous mentent! Dès le 4 octobre, la CAQ va tirer la « plug » sur le 3e lien et trahir son engagement envers les gens de Québec et Lévis comme ils l’ont fait pour leur pont à l’est, qui n’est toujours pas en construction », rappelle-t-il

Des études approfondies et consultations publiques nécessaires

Des études approfondies devront être élaborées et des consultations publiques devront être tenues pour déterminer le design des ponts, notamment en lien avec le transport en commun, les cyclistes, les piétons, les accès, les coûts de construction et le meilleur emplacement pour le deuxième pont.

« Il faut réduire la congestion routière dans la région de Québec : en plus des désagréments quotidiens qu’elle occasionne, elle entraîne une hausse de la pollution et une perte d’efficacité économique. La ceinture de contournement prévue dans les années 1970 n’a jamais été complétée. Les camions ne peuvent déjà plus circuler sur le vieux pont de Québec. Il faut un 3e lien au meilleur coût possible, avec le moins d’inconvénients possibles, qui améliore l’accès de tous les services d’urgence à l’Île, qui permet aux insulaires de se rendre à Lévis plus rapidement et aux commerçants d’augmenter l’afflux de clientèle dans leurs commerces. Notre pont serait surélevé pour laisser passer la circulation maritime à fort tonnage. Le projet de pont que l’on vous présente aujourd’hui tient compte de tous les aspects importants, de la qualité de vie des résidents et du développement économique de la région de la Capitale-Nationale », a dit Éric Duhaime.

Le projet de 3e lien devra :

  • Minimiser les impacts pour les habitants de l’île d’Orléans;
  • Minimiser les impacts sur le patrimoine bâti;
  • Minimiser les impacts visuels sur ce lieu exceptionnel qu’est l’Île d’Orléans;
  • Minimiser les impacts sonores pour les propriétés avoisinantes;
  • Respecter les normes environnementales en vigueur.

 

Showing 1 reaction

  • Véronique Gagnon
    published this page in Communiqués 2022-08-29 10:28:19 -0400